Je suis tombé

Au bout du couloir, des chuchotis, en vagues. J’ai ouvert la porte : un éblouissement ! Bientôt des points, multicolores, autour de moi qui éclosent. Comme autant de balises dans un chaos de verdure. Je suis tombé, debout, au milieu d’un champ de fleurs…

Des pétales à profusion, un monde pressé de graines et d’herbes folles qui ondule, généreux, sous le vent chaud du soir. Je caresse, parfums liquides, les bouquets ébouriffés de bleu, les faisceaux de jaunes et de pourpre que le hasard offre à mon passage. Je me regarde : je porte une robe de coton blanc ; elle bruisse en écartant les tiges, nombreuses. Mon œil respire plus large sous les lourds capitons qui s’enfuient à travers ciel. Tandis que je progresse, la robe s’allège et enfle par dessus les corolles. Je sens que la terre sous mes pieds se dérobe, que mon corps lentement, inexorablement, bascule vers l’avant. Le tissu m’enveloppe dans un tourbillon de linge, étouffant…

Au pied du canapé, sous le plaid à carreaux.
Le matin les traverse.

Une réflexion sur “Je suis tombé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s