Gare de l’Est

Ses yeux se ferment : j’aime ce moment là, celui de l’abandon.
En bas de l’escalier. Je glisse un peu plus loin mon genou entre ses jambes. Mélange de cire, d’excitation et de cuisine orientale. Ma bouche contre son cou, ses poings au fond des poches. On entend des cris d’enfants dans les étages…
Le métro grince et tangue vers Gare de l’Est. Je le cherche, coincé entre une épaule et deux ménagères. Là, sur le strapontin, sage et ténébreux dans sa doudoune à capuche. Si proche, si loin.
Dans la porte vitrée, mes fantasmes de cravaté rajustent leur pulsion de soie bleue.

2 réflexions sur “Gare de l’Est

  1. Tu parles de celui-ci…

    Chaussée d’Antin. Il s’est jeté devant moi sur un strapontin. Sans savoir. Un mélangé à peau mate, la bouche bien dessinée. Casque audio et jogging, le cordon dénoué. Deux petits grains de beauté au-dessus de la lèvre. Il regarde par la vitre, perdu dans des pensées où je ne suis pas.
    Station Cadet. Il avance vers moi sa basket à virgule. Je pousse négli- gemment le noir ciré de ma chaussure, détaille l’espace entre nos bouts de pied : trente alvéoles, six têtes de vis, deux portes et vingt ans nous séparent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s