L’embarcadère

86 textes courts, 104 pages, 10 euros.
Disponible chez l’éditeur Jacques Flament

Lire l’avis d’Arnaud Guenon sur parutions.com
Lire l’avis d’Yvon Eireann

En extrait : Ces parfums minuscules (page 79)

Mettre de l’écorce autour des mots.
Dire la couleur granuleuse de la lumière, long dégradé de jaune et d’appréhension, d’incertitude. Ouvrir au lecteur un monde qu’il ne voit pas. Que j’ai entraperçu. Un matin aux abords de l’automne ou peut-être un soir au creux de l’été, ici, à la croisée des illusions.
Ajouter les vibrations dans l’air, des craquements furtifs, ces parfums minuscules qui éclairent la senteur lente et noire de la terre. Croire à la sensation merveilleuse qui s’élève d’entre les lignes…

L’atelier propose au visiteur quelques-uns de mes derniers textes, courts et inédits.

2 réflexions sur “L’embarcadère

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s