L’embarcadère

86 textes courts, 104 pages, 10 euros.
Disponible chez l’éditeur Jacques Flament

Lire l’avis d’Arnaud Guenon sur parutions.com

En extrait : Au jardin (page 49)

Descendre au jardin imaginaire.
Un soir d’été, quand l’inspiration colimaçonne.
Le bruit du gravier sous les pas, sous les chaises, le parfum énigmatique des ombres en bouquet…
Il fait bon.
La terre est verte contre mon cou et j’ai l’humeur en pente douce.
Il y a du noir en branches, des chuchotis de feuilles qui se découpent sur l’indigo.
Sensation de minuscule.
Kaléidoscope.

Publicités

Une réflexion au sujet de « L’embarcadère »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s