Bouquet

— Je n’ai aucune imagination. Mais des échappatoires connues de moi seul, couleur d’ajoncs et de bruyères, mais des errances plantées de baroque, balancées de Chine, poudrées d’Orient…

Il pressa contre lui son bouquet d’évocations. Des souvenirs épineux auxquels se mêlaient du fantasme grimpant, des rêveries en capitule. Il pouvait respirer, s’échappant d’un billet de phrases courtes, le parfum d’une émotion vive et celui, un peu fané, de la mélancolie.

Aux arrangeurs de mots on préférait les raconteurs d’histoires.

Publicités

Une réflexion sur “Bouquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s